Un instant avec Cléo, de 5 à 7.

Aujourd’hui je vous parle d’un grand classique du cinéma français, Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda. Un film intemporel et chef d’œuvre de la Nouvelle vague.

1 h 30 dans la vie de Cléo

Cléo de 5 à 7
Affiche du film ©Ciné Tamaris / Rome ParisFilms

21 juin 1961, 17h. Cléo, jeune chanteuse débutant une carrière prometteuse, attend des résultats d’analyse pour savoir si elle est atteinte d’un cancer. Il s’en suit un périple dans les rues de Paris, pour tenter d’oublier le temps qui passe, et l’inévitable annonce prévue à 19h. En temps réel, nous suivons Cléo qui se confronte à l’indifférence et l’incrédulité des gens qui l’entourent, face à sa potentielle maladie.

Découpé en treize petits chapitres, le film navigue entre les points de vue des différents personnages, nous permettant de comprendre l’avis de chacun sur la situation.

 

La Nouvelle vague selon Agnès Varda

Cleo_de_5_a_7
Capture d’écran du film

Si j’ai décidé de vous parler de ce film c’est que pour moi, bien qu’il soit ancien, il reste très actuel. Cléo de 5 à 7, c’est avant tout un film compte à rebours, chaque minute de film passée nous rappelle que l’héroïne risque de voir sa vie bouleversée à jamais. Le génie de la réalisatrice est de nous plonger dans une action qui ne discontinue. D’abord femme objet, égocentrée, et véritable star, Cléo bascule peu à peu en une autre femme, à l’écoute, spectatrice de sa propre vie. La rencontre avec Antoine, soldat en permission, parfait inconnu pour Cléo, lui permet enfin d’oublier, partiellement, l’échéance.

Mis en musique par le compositeur Michel Legrand, qui fait une apparition dans le film, les émotions passent aussi par les chansons de Cléo qui rythment une partie du récit.

Véritable perle du cinéma français, Cléo de 5 à 7 relève le défi de mêler une histoire touchante, sans tomber dans l’excès de sentimentalisme, tout en offrant un travail très fin de réalisation et de tournage. Le choix du noir et blanc (et oui en 1961 on faisait déjà des films en couleurs) a été fait pour sublimer les jeux de lumière sur Paris.

Si vous voulez voir quelques extraits du film, je vous invite à regarder cette vidéo sur Youtube. Et surtout, je vous invite à regarder ce film, qui fait partie des 1001 films à voir avant de mourir.

 

Fabien

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :